La myopie : de l’épidémie aux solutions thérapeutiques

Modération

Elisabeth Quin
Elisabeth QUIN Journaliste, animatrice

Orateur

Ramin Tadayoni
Pr Ramin TADAYONI Chef des services d’ophtalmologie des hôpitaux universitaires Saint-Louis, Lariboisière, Fernand -Widal et ancien chef de service rétine à l’Hôpital Cochin.

Programme

Programme complet bientôt disponible.

À propos

L’IHU en lutte aussi contre la myopie.

La myopie ? La myopie est le trouble réfractif le plus fréquent. Sa prévalence, estimée entre 25 et 40% a toujours été plus importante dans les populations asiatiques, augmente à travers le monde de manière significative avec une projection à 50% de la population mondiale myope en 2050.

La myopie forte ? Forme particulière définie par une myopie au-delà de -6,5 dioptrie ou une longueur de l’œil > 26,5 mm environ. La myopie de ces yeux ne cesse de progresser et peut provoquer des baisses de vision dont certaines sont irréversibles. La prévalence de la myopie forte, aujourd’hui de 4 à 11% selon les régions, est estimée à 10% de la population mondiale en 2050. Elle est déjà parmi les premières causes de cécité en Europe, qui de plus est en progression.

Complications de la myopie forte ? Elles sont multiples. Neuropathie optique et glaucome du myope, maculopathie myopique, maculopathie tractionelles, troubles des mouvements oculaires, malpositions palpébrales et troubles esthétiques sont parmi les nombreuses complications.

Est-il possible de prévenir la myopie ? Oui, la lecture de près, la faible luminosité, la diminution des activités extérieures sont parmi les facteurs favorisant déjà identifiés. Des conseils aux parents (2h d’activité de pleine air / jour pour les enfants) aux médicaments (atropine très faiblement dosée en collyre) dans certains cas, les moyens de préventions sont aussi de mieux en mieux connus par les spécialistes mais hélas pas encore de tous les acteurs.

Les complications sont-elles traitables ? Oui, des médicaments et des opérations chirurgicales, souvent très high-techs, sont capables aujourd’hui prévenir l’aggravation ou rétablir l’état rétinien et la vision des patients myopes.

Un centre de référence ? La Fondation Adolphe de Rothschild est en cours de création d’un centre dédié au soin et la recherche sur la myopie en association avec le service d’ophtalmologie de l’Hôpital Lariboisière (AP-HP) spécialisé dans la prise en charge de cette maladie, sous l’égide de l’Université de Paris et avec le soutien de l’IHU ForeSight. La création de ce centre de myopie s’inscrit dans la réponse à un besoin de santé publique avec pour objectif l’amélioration de la prise en charge multidisciplinaire des patients myopes et myope forts (de la prévention aux interventions) ainsi que la réalisation de projets de recherche et de collaborations internationales.

Ils nous soutiennent

Logo Optic 2000